Manifestations of the Unseen

Manifestations of the Unseen project

By Seb Janiak

Series
Photons
Magnetic Radiation
Gravity
Resonnance
Morphogenetic Field

Introduction

This doctrinal photographic study is intended as a work of research which aims to reconcile the real with the beautiful, and the seductions of the imagination with the rigor of the analysis. However, it will be forever incomplete due to the elusive nature and the limitations of matter. It might seem paradoxical to use the powers of this latter to reveal invisible forces, the source of which is immaterial and timeless. In reality, everything is connected. At no single time and in no single place is the information chain ever broken.

The nature of Reality: the seen and the unseen

Laws of information govern the physical (phenomenal) deployment of Being. The visual representation of a magnetic field, a vibrational resonance or the action of a morphogenetic field is merely the ultimate step in a long process of information processing. Because at the start of everything, there is a double premise: the visible is a manifestation of the Unseen, the Spirit creates matter and not the reverse.

This crystallization of acausal information, outside of space and time in our material universe, leads to a major conclusion: that of negative entropy. Matter at the quantum level shows that without the input of external information, it is doomed to entropy, to returning to chaos.

Yet to speak of acausal information which is outside space-time would appear to imply an opposition with matter. Now this is not at all the case: in physics, a vacuum is void of energy or matter, but full of information. Energy is the same "nature" as matter, as Einstein demonstrated, but, as we understand it our present state of knowledge, information is of a different nature. What we can say is that matter and energy are reduced to the state of information in their interaction with the consciousness of an observer.

Matter / energy should be seen as an extension of what is invisible and not as its opposite. Via quantum physics, this extension changes dimensions and becomes subject to space-time and its physical laws, as Albert Einstein pointed out when he stated "Space and time are modes by which we think and not conditions in which we live."

Matter and the Universe

The different states of matter, which are the manifestations of physical forces produced by the crystallization of information transmitted by quantum pathways, all finish up, in one way or another, by organizing themselves  around a pattern and a framework. But this framework is just an illusion. So this paradox should constantly be restated: that matter is an illusion. At the level of the infinitely small, matter no longer exists as such, it corresponds to vibrations.

Consequently, our universe has all the characteristics of a gigantic holographic construction. We may speculate that the source of our space-time is thus of quantum origin. As for the quantum entanglement, it is the "glue" of space-time, which would explain gravity. Such a universe (reality) is also the work of a collective consciousness immersed in an information field. Philippe Guillemant rightly pointed this out in his book "The Physics of consciousness." He writes that: "Consciousness now clearly appears as the update function of space-time, multiplied throughout the universe by all living systems, which we implicitly assume to all possess consciousness in varying degrees (including the planets themselves). "The author goes on to explain: "Our sense of time and space are only the consequence of our reading a piece of acausal information, outside of space-time. Space-time and matter are a manifestation of this information. (...) Time thus becomes simply the expression of the speed at which the information is processed by consciousness. Time is therefore not absolute and independent, but simply a temporality of consciousness at work which reads and processes the information which makes up the universe, so as to transform it from the state of information to that of phenomenon."

We may add that the concept of "maya" in Hinduism implies that matter and our universe are only an illusion which is subject to wave-particle duality and to vacuity. By “vacuity”, we mean the inconsistency of phenomena, their constant changefulness and their transience. There exists, in this sense, a form of causal interdependence. Our universe, our bodies, and matter are in constant transformation. Hence the famous formula: “Nothing is lost, nothing is created, everything is transformed ". Light, magnetism, vibrations, morphic fields and the shape waves intermingle, interact and participate in the communication and the dissemination of acausal information. Cells, humanity, planets, the world or the Universe are only octaves of the same immutable Unit. This is also what is symbolized by the Cross: an infinite elevation of strata of multidimensional consciousnesses. Or if you prefer: the elevation of the soul, the consciousness and matter to a state of non-matter beyond space and time, which is both acausal and omnipotent.

In view of the visible organization of matter and the active forces which are manifested in it, the fact of an intelligence behind these phenomena is obvious and chance has nothing to do with it. This is what the materialistic vision which permeates all the strata and the whole hierarchy of science and the consumer society cannot "see". The soul and all things spiritual have been cast out for over a century now. For the materialistic man, life and consciousness are the result of the slow evolution of matter ... Man is thus said to be at the top of the pyramid of life, as if a piece of granite could, with the help of much-touted chance and time, be transformed into a giraffe or an orchid! This cannot be so! It is the spirit which creates matter and not the reverse. The word “spirit” being used here in the sense of "information".

Nothingness and the void

In this connection, we might recall the words of the prologue of St John’s Gospel, translated as follows: "In the beginning was the Word, and the Word was with God, and the Word was God. He was in the beginning with God. All was done by him; and without him was made nothing that exists. In him was life, and the life was the light of men "

The description in this prologue suggests that the Light / Word (or quantum vibration carrying information) pre-existed; and that it was prior to any other creation-manifestation. This finding allows us to equate light with the Principle which is both immutable by nature and without duality and which, by definition, has neither beginning nor end, unlike the manifestation of it. As for the Kabbalists, they give the name "Ain Soph" to the Absolute which is unmanifested beyond thought, the Word, the atom or sound, beyond everything that has a shape, a number, a weight or duration. However, it still remains difficult, if not impossible, to answer the fundamental question asked by Leibniz: "Why is there something rather than nothing?" With this study of the manifestations of the unseen, I understand why it is so difficult to answer this question. More specifically, it is clear to me that the words "nothing" and "empty" are misunderstandings. Nothingness does not exist. The void does not exist. In the beginning, there is "something", which is uncreated, infinite and completely undifferentiated. The simplest thing a priori would be to call this state "nothingness". But we must understand that this "nothingness" is both an absolute void (since it contains no "thing") and at the same time a commencement totally charged with potentialities. At the outset of creation, from "nothingness" there emerges "something". The uncreated withdraws to some extent and relativizes its absolute nature, so that creation can take place. The veil of existence is thus traversed.

Consciousness and acausal information interpenetrate everything from the densest to the least dense matter. Once this is admitted, why not call everything into question and establish a parallel between this notion of nothingness and void - which are neither nothingness nor void – with the philosophy of Mahayana Buddhism and its principle of undecidability. Namely: neither nothing nor no nothing, nor nothing and no nothing, nor neither no nothing nor nor nothing.

The photographic approach

Capturing this manifestation of the unseen is essential, even if it represents only a temporary end, which is in constant transcendental evolution. Within this framework, the photographic approach is only one option for the analysis and understanding of phenomena. And actually, the set-up as such is already present in creation.

Much of the thinking behind this is concerned first with understanding the physical principle indicative of a given force (magnetism, electromagnetism, gravity, resonance, morphogenic fields, shape waves and consciousness). In addition, the construction of the machine or set-up depends on the choice of the indicating medium selected as the one best suited for achieving an accurate, sublimated visual transcription: ferrofluid, photon, vibrational patterns, sensitive crystallization, or mechanical waves.

This research allowed me to come within touching distance of the manifestations of intelligence and an acausal consciousness, and to establish a form of communication, even if the capture of these moments is just one step among many others in the continuity of information transmission.

In this sense and in the photographic approach to manifestations of the unseen, aesthetics is in no way gratuitous. It imposes itself of its own accord, insofar as nature can only express itself through beauty, and chaos exists only in appearance. This is even truer when the scale of the study concerns the microcosm. Given, of course, that studying the microcosm also comes down, by analogy, to studying the macrocosm: the absolute is everywhere; everything is in everything and vice versa.

For the "Photon" series, the work was more complex. The problem being that the photon is not only a form of continuity but also an intermediate state between matter and the Divine. The vibratory nature of light brings us back to the wave-particle duality. Furthermore, in physics, wave-particle duality or wave-corpuscle duality is a principle whereby all objects in the microscopic universe simultaneously exhibit the properties of waves and particles. The set-up therefore had to enable the solar radiation to be channeled towards the lens. The use of a prism was the obvious choice: it alone enables invisible white light to be decomposed into seven primary colors. The challenge was to create an "afocal" light which would not be subject to the depth of field. To achieve this, a specific search for special focusing settings enabled me to capture the radiation of sharply-defined, non-diffuse photons.

For the "Magnetic Radiation" series, it was the use of a ferrofluid liquid which was the obvious choice. This liquid laden with ferric nanoparticles enables us to visualize a magnetic field as it curves to follow the force lines of the magnetic field generated by powerful magnets. The set-up was designed so as to modulate the power and the spacing of several magnetic fields in parallel or in opposition, or both at the same time. Since the liquid is jet black, it is only possible to illuminate it by reflection from its environment.

For the force of gravity and the "Bulles d’air" and "Liquid" series, the perpetual struggle of the forces in action (those of gravity and fluid dynamics) between two fluids - one liquid and one gas – poses the question of pure form. The revealing of this struggle proves that what we actually see can be seen only via its environment. Form itself does not exist as such without the universe which surrounds it, without the knowledge / information which gives it shape, as the adage "Form is emptiness and emptiness is form" reminds us. It is always useful to quote what follows in the text: "In absolute terms, the world has no real or concrete existence. The relative aspect is the world of phenomena, and the absolute aspect is emptiness. (...)Phenomena occur in a process of interdependence between causes and conditions, but nothing exists in itself or by itself. The direct contemplation of absolute truth transcends all intellectual concepts and all duality between subject and object."

Given that vacuity does not empty things of their content since it is their true nature, I again used here the technique of lighting by reflection from the environment. The bubbles in the first series are generated by an air bell system in a water-filled aquarium. For the second series, a different liquid was used, together with a valve system connected to a compressed air canister. The viscosity of the liquid acts to slow down the changes in the pressure forces involved. Each bubble is thus compressed beneath the one above.

The study of sound waves and Resonance focused on water, in the shape of droplets of 2 cm in diameter or a film of water, both subjected to standing waves, at various frequencies, which were generated by a frequency generator. As the frequency rises, the surface of the water drop or of the standing water begins to resonate with it, forming symmetrical patterns. Each frequency produces a precise figure which becomes increasingly well-defined as the frequency rises. A particular technological innovation enabled me to maintain the spherical appearance of the droplet and to lend it the dynamics of weightlessness during the entire phase of the study.

As for the study of Morphogenic fields or morphic fields, their information transfer actions inside living organisms are manifested via sensitive crystallization and the "dried droplet" method developed by the University of Frankfurt. Sensitive crystallization uses copper chloride mixed with a living organic substance (liquid or solid). The mixture in various proportions crystallizes in a Petri dish placed in an oven, to reveal a unique structure which is indicative of information. The patterns and shapes produced, and the dynamics of the crystallization are not due to chance, nor can they be reduced to the simple chemical and physical reactions which take place in the crystals: they are instead the crystallization of information from the morphogenic field which surrounds living materials, be they biological, organic or inorganic in nature.




Manifestations de l’invisible

Par Seb Janiak

Introduction

Cette étude photographique doctrinale se veut une recherche où le vrai s'allie au beau, les séductions de l'imagination à la rigueur de l'analyse.  Elle sera néanmoins à jamais incomplète par la nature insaisissable et des limitations de la matière. Utiliser les pouvoirs de celle-ci pour révéler des forces invisibles dont la source est immatérielle et intemporelle semble paradoxal.  En réalité tout est relié. A aucun moment ni à aucun endroit, la chaîne de l’information ne se brise.

La nature de la Réalité : le visible et l’invisible

Des lois informationnelles président au déploiement physique (phénoménal) de l’Être. La visualisation d’un champ magnétique, d’une résonnance vibratoire ou de l’action d’un champ morphogénique n’est que la finalité d’un long processus de traitement de l’information. 
Car tout commence avec un double postulat : le visible est une manifestation de l’Invisible,  l’Esprit crée la matière et non l’inverse.

Cette cristallisation d’une information acausale, hors de l’espace et du temps dans notre univers matière amène à un constat majeur : la néguentropie. La matière au niveau quantique montre que sans l’apport d’informations extérieures, elle n’est vouée qu’à l’entropie, à retourner au chaos. 

Mais parler d’informations acausales et hors de l’espace-temps sous entend en apparence une opposition avec la matière. Or il n’en est rien : En physique, le vide est vide d’énergie et de matière, mais plein d’information. L’énergie est de même « nature » que la matière, comme l’a montré Einstein, mais l’information est d’une autre nature à ce stade des connaissances. Ce qu’on peut dire c’est que matière et énergie se réduisent à de l’information dans leur interaction avec la conscience d’un observateur.

Il faut voir la matière/énergie comme une prolongation de l’invisible et non pas son contraire. Ce prolongement, par l’intermédiaire de la physique quantique, va changer de dimensions et se soumettre à l’espace-temps et à ses lois physiques comme le rappela Albert Einstein lorsqu’il précisait « L’espace et le temps sont les modalités par lesquelles nous pensons et non les conditions dans lesquelles nous vivons ».

Matière et univers

Les différents états de la matière, manifestations de forces physiques issues d’une cristallisation d’une information transmise par la voie quantique, finissent tous d’une manière ou d’une autre par s’ordonner autour d’un schéma et d’une trame. Mais cette trame n’est qu’une illusion. Il convient donc de toujours rappeler ce paradoxe : la matière est une illusion. A l’échelle de l’infiniment petit, la matière n’existe plus en tant que telle, elle correspond à des vibrations.

En conséquence, notre univers a toutes les particularités d’une gigantesque construction holographique. La source de notre espace-temps serait donc quantique. Quant à l'intrication quantique, elle serait la "colle" de l'espace-temps qui expliquerait la gravité.
Un tel univers (la réalité) est aussi l’œuvre d'un collectif de consciences immergé dans un champ d’informations. Philippe Guillemant l’a fort justement précisé dans son ouvrage « La physique de la conscience ». Il rappelle que « La conscience apparaît maintenant clairement comme étant la fonction de mise à jour de l’espace-temps, multipliée dans l’univers par tous les systèmes vivants, dont nous supposons implicitement qu’ils sont tous conscients à différents degrés (y compris les planètes elles-mêmes) ». Et l’auteur de préciser : « Notre notion du temps et de l’espace ne sont que la conséquence de la lecture d’une information acausale, hors de l’espace-temps. L’espace-temps, la matière sont une manifestation de l’information. (…) Le temps serait simplement l’expression de la vitesse de traitement de l’information par la conscience. Il ne s’agit donc pas d’un temps absolu, indépendant, mais d’une temporalité de la conscience au travail qui lit, traite l’information qui constitue l’univers, pour la faire passer de l’état informationnel à l’état phénoménal ».  

Ajoutons que le concept de « maya » dans l’Hindouisme implique que la matière et notre univers ne sont qu’une illusion soumise à la dualité onde-particule ainsi qu’à la vacuité. La vacuité signifie l’inconsistance des phénomènes, leur incessant devenir et leur caractère éphémère. Il existe en ce sens une interdépendance causale. Notre univers, notre corps, la matière sont en permanente transformation. D’où la célèbre formule : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ».  La lumière, le magnétisme, les vibrations, les champs morphiques et les ondes de formes s’interpénètrent, interagissent et participent à la communication et à la propagation de l’information acausale. 

Cellule, humanité, astre, monde, univers ne sont que des octaves de l’Unité toujours la même. C’est, en outre,  ce que symbolise la croix : une élévation infinie de strates de consciences  multidimensionnelles. Ou si l’on préfère : l’élévation de l’âme et de la conscience, de la matière vers la non matière hors de l’espace et du temps, acausale et omnipotente. 

A la vue de l’organisation apparente de la matière et des forces actives qui s’y manifestent, l’intelligence derrière ces phénomènes est une évidence et le hasard n’a rien à voir. C’est ce que ne « voit » pas la vision matérialiste qui imprègne toutes les couches et la hiérarchie de la science et de la société de consommation. L’âme et le spirituel ont été bannis depuis plus d’un siècle. Pour l’homme matérialiste,  le vivant et la conscience sont issus d’une lente évolution de la matière… L’homme serait donc le sommet de la pyramide de la vie comme si un bout de granit pouvait se transformer avec l’aide du fameux hasard et du temps en girafe ou en orchidée !  Il n’en est rien ! C’est bien l’esprit qui crée la matière et non pas l’inverse. Le mot esprit étant utilisé dans le sens d’ « information ».  

Le rien et le vide

Souvenons-nous à ce propos du prologue de l'Evangile selon Jean traduit :
 « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu.
Il était au commencement en Dieu.
Tout par lui a été fait, et sans lui n’a été fait rien de ce qui existe.
En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ».
La description de ce prologue suggère que la Lumière/Verbe/Parole (ou vibration quantique porteuse d’informations) préexiste ; et qu’elle est antérieure à toute autre création-manifestation. Cette constatation permet d’assimiler la lumière au Principe immuable par nature et sans dualité qui par définition n’a ni début ni fin, contrairement à la manifestation.
Quant aux Kabbalistes, ils nomment « Ain Soph » l’Absolu non-manifesté au-delà de la pensée, du Verbe, de l’atome, du son, au-delà de tout ce qui a une forme, un nombre, un poids, une durée. Toutefois, il demeure toujours difficile, voire impossible, de répondre à la question fondamentale énoncée par Leibniz : « Pourquoi y a t-il quelque chose plutôt que rien ? »

Par cette étude des manifestations de l’invisible, je comprends pourquoi il est si difficile de répondre à cette question. Plus particulièrement, il m’apparaît évident que les mots « rien » et « vide » sont des erreurs de compréhension. Le rien n’existe pas. Le vide n’existe pas.  

Au commencement, il y a « quelque chose » d'incréé, d'infini et d'absolument indifférencié. Le plus simple est a priori de désigner cet état par « rien ». Mais il faut alors comprendre que ce « rien » est à la fois un vide absolu (puisqu'il ne contient aucune « chose ») mais aussi un commencement saturé de potentialités. Au départ de la création, du « rien », émerge « quelque chose ». L'incréé se retire en partie, relativise son absolu, pour que la création puisse prendre place. Le voile de l'existence est ainsi franchi.

La conscience et l’information acausale interpénètrent tout, de la matière la plus dense à la moins dense. Dès lors, pourquoi ne pas remettre tout en cause et rapprocher cette notion d’un rien ou d’un vide - qui ne sont ni rien ni vide - de la philosophie du bouddhisme Mahayana et son principe d’indécidabilité. A savoir : ni rien, ni non rien, ni rien et non rien, ni ni non rien ni ni rien.

L’approche photographique

La capture de cette manifestation de l’invisible est essentielle, même si elle ne représente qu’une finalité provisoire, en perpétuelle évolution transcendantale. Au sein de ce cadre, l’approche photographique n’est qu’une option dans l’analyse et la compréhension des phénomènes. D’ailleurs, l’installation en tant que telle figure déjà dans  la création. 

Une grande partie de la réflexion concerne d’abord la compréhension du principe physique révélateur d’une force (magnétisme, électromagnétisme, gravité, résonnances, champs morphogéniques, ondes de formes et conscience). De plus, la construction de la machine ou de l’installation résulte du choix du médium révélateur choisi et le mieux adapté pour une retranscription visuelle précise et sublimée : ferrofluide, photon, patterns vibratoires, cristallisation sensible, ondes mécaniques.

Cette recherche m’a permis d’effleurer les manifestations d’une intelligence et d’une conscience acausale, et d’établir une forme de communication, même si la capture de ces moments n’est qu’une étape parmi d’autres dans la continuité de la transmission de l’information. 

En ce sens et dans l’approche photographique des manifestations de l’invisible, l’esthétique n’a rien de gratuit. Elle s’impose d’elle-même dans la mesure où la nature ne sait s’exprimer que par la beauté et que le chaos n’existe qu’en apparence. Cela est encore plus vrai lorsque  l’échelle de l’étude concerne le microcosme. En sachant, bien sûr, qu’étudier le microcosme revient à étudier par analogie le macrocosme : l’absolu est partout, tout est dans tout et réciproquement.

Méthodologie 

Mon travail n’utilise que la manifestation de forces invisibles. Certes, la photographie est incapable de voir l’invisible comme le font les physiciens.  Néanmoins la mise en image de la manifestation de ces forces invisibles n’a subi dans mes photographies aucune transformation numérique. Il n’existe aucune intervention sur la couleur ni retouche ou trucage de l’image en post-production.  Je ne me suis autorisé que les techniques utilisées en argentique depuis 1850. A savoir, la manipulation du contraste, de l’exposition et de la surimpression.  Chaque œuvre  est donc  une prise de vue originale, non retouchée et non truquée.  Une source de  lumière neutre blanche et ses 7 couleurs de bases qui la composent ont été utilisées sur tous les clichés d’une manière directe ou en réflexion (mapping photographique). Une lumière filtrée par un réseau de diffraction a été développée pour la série « Résonnance » afin d’étudier les diffractions de la lumière dans une goutte d’eau. 

Pour la série « Photon», le travail a été plus complexe. Le photon est en effet une continuité mais aussi un état intermédiaire entre la matière et le Divin. La nature vibratoire de la lumière renvoie à la dualité onde-particule. Par ailleurs, en physique, la dualité onde-particule ou dualité onde-corpuscule est un principe selon lequel tous les objets de l'univers microscopique présentent simultanément des propriétés d'ondes et de particules. L’installation devait donc permettre une canalisation du rayonnement solaire vers l’objectif. L’utilisation du prisme s’est imposée : seul il permet de décomposer la lumière blanche invisible en 7 couleurs primaires. La difficulté a été de créer une lumière « afocale », non soumise à la profondeur de champ. Pour cela, une recherche précise de focales particulières a permis de capter un rayonnement de photons nets et non diffus.

Pour la série « Magnetic Radiation », l’utilisation d’un liquide ferrofluide s’est imposée. Ce liquide chargé de nanoparticules ferriques permet de visualiser le champ magnétique en se déformant pour suivre les lignes de forces du champ magnétique générées par de puissants  aimants. L’installation permet de doser la puissance et l’espacement de plusieurs champs magnétiques en parallèle ou en opposition ou les 2 à la fois. Le liquide étant totalement noir, sa mise en lumière n’est possible que par l’action réfléchissante de son environnement. 

L’étude des ondes sonores et de la Résonnance s’est concentrée sur l’eau, sous forme de gouttes de 2 cm de diamètre ou d’un film d’eau soumis à diverses fréquences d’ondes stationnaires générées par un générateur de fréquences. Au fur et à mesure de l’élévation de la fréquence, la surface de la goutte d’eau ou du plan d’eau entre en résonnances et forme des patterns symétriques. Chaque fréquence produit une figure précise qui va s’affiner en précision au fur et à mesure de l’élévation de la fréquence. Une innovation technologique m’a permis de préserver l’aspect sphérique de la goutte et de lui conférer une dynamique d’apesanteur durant toute la phase de l’étude. 

Pour la force de gravité et les séries « Bulles d’air » et « Liquid », la lutte incessante des forces en action (gravitation et dynamique des fluides)  entre 2 fluides - l’un liquide et l’autre gazeux - pose la question de la forme pure. La mise en évidence de cette lutte prouve que ce que nous visualisons ne l’est que par son environnement. La forme en elle même n’existe pas en tant que telle sans l’univers qui l’entoure, sans la connaissance/information qui lui donne cette forme et que rappelle l’adage : « La forme est vacuité et la vacuité est forme".  Il est toujours utile de préciser ce qui lui fait suite : « D'un point de vue absolu, le monde n'a pas d'existence réelle ou concrète. L'aspect relatif, c'est le monde phénoménal, et l'aspect absolu, c'est la vacuité. (...) Les phénomènes surgissent d'un processus d'interdépendance de causes et de conditions, mais rien n'existe en soi ni par soi. La contemplation directe de la vérité absolue transcende tout concept intellectuel, toute dualité entre sujet et objet. »

La vacuité ne vidant pas les choses de leur contenu puisqu’elle est leur véritable nature, j’ai une fois de plus utilisé la technique d’éclairage par la réflexion de l’environnement. Les bulles dans la première série sont générées par un système de cloche d’air dans un aquarium rempli d’eau. Pour la seconde série un autre liquide a servi de même qu’un système de valve relié à une bombonne d’air comprimé. La viscosité du liquide permet de ralentir l’évolution des forces de pression en jeu. Chaque bulle d’air se retrouve comprimé sous la bulle précédente. 

Quant à l’étude des champs morphogénique ou morphique, leurs actions de transfert d’informations dans le vivant se manifestent dans la cristallisation sensible et la technique de la goutte séchée développé par l’Université de Francfort. La cristallisation sensible utilise du chlorure de cuivre mélangé à une substance organique vivante (liquide ou solide). Le mélange à diverses proportions va cristalliser dans une boîte de Pétrie placée en étuve et faire apparaître une structure unique et révélatrice d’informations. Les schémas et formes et la dynamique de la cristallisation ne sont pas dus au hasard, ni ne peuvent être réduits aux simples réactions chimiques et physiques des cristaux: ils sont plutôt une cristallisation d’informations issue du champ morphogénique entourant le vivant, qu’il soit biologique, organique ou minéral.